06 janvier 2006

batiweb

le marché du meuble tiré par la construction de logements

Cuisines, lits et meubles de jardin ont séduit les Français en 2005 et les professionnels jugent que le marché du meuble devrait continuer à progresser en 2006, encouragé par le dynamisme de la construction de logements et plusieurs mesures fiscales avantageuses.
C'est dans cette perspective que se tient le salon du meuble jusqu'au 9 janvier, à la porte de Versailles.
 


"Il n'y a pas de raison qu'on ne fasse pas mieux que l'an dernier", a jugé Henri Griffon, président de l'Union nationale des industries françaises de l'ameublement (Unifa) mercredi lors d'une conférence de presse, à la veille de l'ouverture du Salon du meuble de Paris. La consommation de meubles neufs a pris 2,5% en 2005 (+3,1% en 2004), pour s'élever à 8,78 milliards d'euros (12,6 milliards d'euros avec les sièges automobiles).

Les cuisines (+5,6%) ont tiré le marché et la literie continue à bien se porter tandis que les meubles de jardin ont progressé de 3%. En revanche, les meubles de salles de bain, les canapés et fauteuils ont cédé du terrain. Cependant la production française se réduit. Elle s'est contractée de 0,7% l'an dernier, en raison de fermetures et de délocalisations. Certains fabricants ont recours à des usines en Europe de l'Est, principalement en Pologne et en Roumanie, mais réimportant ces pièces pour les monter en France.

Pour 2006, les professionnels du meuble tablent sur une hausse d'environ 3,8% du marché, alors que la construction de logements devrait progresser de 7-8% : elle pourrait dépasser les 420.000 mises en chantier après déjà 400.000 en 2005.

La TVA à 5,5% sur les travaux réalisés par des entrepreneurs devrait continuer à soutenir les achats de meubles, de cuisine en particulier, et les mesures fiscales d'aide à l'investissement locatif devraient également contribuer à dynamiser le secteur.

L'une des faiblesses de la fabrication française du meuble tient à la forte concentration de la distribution, qui "facilite le travail de nos concurrents étrangers" juge M. Griffon: 8 acteurs se partagent 80% du marché, avec en tête Conforama suivi d'Ikea, But et Fly. Comme dans le reste de la distribution, la tendance des prix est à la baisse, notamment grâce aux délocalisations, même si ce marché est mieux protégé des importations massives que celui du textile en raison des coûts plus élevés du transport et de la fragilité des articles.

Les Français restent cependant à la traîne du reste de l'Europe en termes d'achats de meubles, loin derrière les Italiens et les pays du Nord. "Les Allemands consomment trois fois plus de meubles que les Français", remarque M. Griffon.

"Mais les designers Français n'ont rien à envier" à leurs homologues transfrontaliers, ajoute-t-il. La création française est très dynamique, mais les grands noms du design français contemporain, comme Ronan et Erwan Bouroullec, Matali Crasset ou Christophe Pillet sont rarement édités par des groupes français.

Toutefois, le mobilier contemporain progresse depuis 5 ans, et les industriels devraient de plus en plus souvent faire appels à des créateurs: la part du mobilier de style d'époque (Louis XV, Empire, etc.) est passée de 60% en 2000 à 40% en 2005. Autre tendance favorable à la consommation de meuble: les familles recomposées, qui en reconstituant leurs foyers, renouvellent l'équipement de leur logement.

LE SALON DU MEUBLE du 5 au 9 janvier, porte de Versailles


Posté par justinesabrina à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur batiweb

Nouveau commentaire